Mon quotidien de malentendante au travail

 

Je suis sourde depuis l'âge de 18 mois. Sans appareil, je n'entends rien du tout.

Je travaille dans une restauration rapide (vaisselle, ménage..)

Voici un aperçu de ce qui se passe pour moi en tant que malentendante.

 

 

Dans la vie de tous les jours

 

Les informations ne m'arrivent pas naturellement, comme c'est le cas pour les normo-entendants : avec et malgré les appareils, on n'entend pas pareil. Je dois fournir beaucoup d'attention pour comprendre mon environnement. Je ne comprends pas toujours du 1er coup ce qu'on me dit. Cela peut engendrer des malentendus.

Je n'ai pas non plus les mêmes repères auditifs que les normo-entendants.

Exemple: Dans la rue, je n'entends pas d'où arrivent les voitures. Les klaxons me font sursauter et quand c'est la sirène des pompiers, je dois éteindre mes appareils tant c'est insupportable.

Je n'entends pas le signal du train.

Je n'utilise jamais le téléphone ( seulement les sms). Sur la télévision, je lis les sous-titres. J'utilise un réveil vibreur pour me réveiller.

Je dois donc fournir continuellement plus d'attention, par exemple pour suivre une conversation. Le fait de devoir être plus vigilante qu'une personne qui n'est pas malentendante entraine une fatigue supplémentaire. Je n'arrive pas non plus toujours à faire la part des choses.

Tout ceci entraîne du stress. C'est pourquoi je suis souvent stressée. Je peux pleurer facilement aussi.

Dans ma propre famille, je me suis souvent sentie incomprise même si mes parents ont fait tout ce qu'ils pouvaient.

 

 

Dans mon travail

 

La musique de la salle de restauration me fatigue car je ne l'entends pas comme un entendant. Les appareils amplifient tous les sons et dans un milieu bruyant, c'est très fatigant.

Certains bruits peuvent même être insupportables comme les poubelles : quand j'avais mes anciens appareils c'était franchement« insupportable, idem pour la machine à lave « un vrai concert de rock », la ventilation et le presse-fruits qui me fait sursauter.

Quand il y a beaucoup de monde plus la musique, c'est encore plus fatigant ... et je n'entends pas ma propre voix.

D'autres bruits, comme le signal du tiroir-caisse, je ne les entends pas, et je peux prendre ce triroir caisse en pleine tête quand je me baisse ...

Une autre conséquence également de ma surdité : je peux parler très  fort mais je ne m'en rends pas compte.

J'ai changé d'appareils auditifs. Avec les nouveaux c'est mieux, ils sont plus performants et filtrent mieux les bruits parasites, alors j'arrive plus à réfléchir et me concentrer. Mais certains bruits, malgré tout, je ne les entends toujours pas (comme celui du tiroir-caisse). Certains jours aussi, j'entends moins bien ( rhume, piles usées .. ) mais je ne m'en rends pas compte tout de suite.

La fatigue vient aussi du fait que je doive faire un « effort » particulier pour « entendre » et comprendre: écouter et lire sur les lèvres en même temps, faire répéter... il faut que je réfléchisse pour savoir si le mot entendu est cohérent avec le reste de la phrase. Et donc souvent, quand j'ai fini mon travail j'éteins mes appareils pour me reposer ...

Ce qui me pèse aussi beaucoup au travail, c'est que les informations courantes ou ordinaires ne me sont pas transmises or je n'ai pas accès « naturellement » à ces informations. Un malentendant n'entend pas «  naturellement », il doit aller vers l'information, encore faut-il qu'il sache qu'il y en a...

Exemple. je n'ai su qu'au bout de 6 mois que Marine était la nouvelle directrice. Je ne connaissais même pas son prénom. Et c'est dans un autre environnement, à l'occasion d'une sortie au bowling que je l'ai appris parce que je l'ai demandé à ce moment-là, dans un moment « calme». Quand j'en ai parlé à la médecine du travail, on m'a bien confirmé sur ce fait là : il faut bien m'informer « personnellement » de chaque « changement ».

Quand on m'appelle de loin ou dans mon dos, je n'entends pas ou alors pas suffisamment et donc je ne comprends pas qu'on ME parle.

Il y a aussi le fait que quand on me parle fort, je ne vois pas la différence si la personne est « fâchée» ou pas. Il faut me le dire car je ne vois pas la différence entre la voix forte et la voix « fâchée».

Les voix ne sont pas non plus toutes les mêmes et certaines sont pour moi plus difficiles à percevoir et à comprendre.

Diaporama

N° d'appel d'urgence

Envoyez
114 par sms

Plus d'infos

Actualités de l'association

Films accessibles dans le...

Films sous-titrés et programmes de salles équipées
En savoir plus...

S'assurer avec Oreille et...

Assurer ses implants cochléaires et ses prothèses auditives
En savoir plus...

Contactez-nous


Retour à l'accueil

© Association Oreille et vie 2017 - Tous droits réservés. Réalisation Mediapilote. Mentions légales