Ma surdité est reconnue maladie professionnelle

Je suis né le 02 mars 1943. Je suis en retraite dep uis 5 ans.

De 1965 à 1975, j’ai travaillé dans le secteur du bâtiment comme plombier chauffagiste chez des particuliers, ce qui n’occasionnait que peu de bruit.

Ensuite, pendant sept ans, j’ai exercé mon métier dans une grande entreprise du bâtiment rennaise, sur de gros chantiers. Là, les bruits étaient très importants et de diverses origines nombre d’entreprises travaillant en même temps sur le chantier : emploi d’outils électriques, de compresseurs... bruit des matériaux travaillés. A cette époque, je supportais le bruit et bien sûr, je travaillais sans aucune protection.

A partir de 1975, je quitte le métier du bâtiment, et entre au CAT (Centre d’aide par le Travail) de Pontivy, comme moniteur, à l’atelier métallerie. J’occupe ce poste les cinq premières années. Le lieu où l’on travaillait était en béton et donc n’absorbait pas les bruits. Pour discuter nous étions souvent obligés de sortirde l’atelier, d’arrêter les machines pour téléphoner... Déjà, je commençais à trouver le bruit insupportable.

De 1980 à 2003, je travaille comme moniteur à l’atelier espace vert. L’utilisation de machines telles que tondeuses, débroussailleuses et tronçonneuses m’ont fait travailler durant toutes ces années dans un brouhaha permanent. Dans mon travail, au quotidien, à partir de 1990, j’ai porté un casque de protection. (C’était une obligation...)

En 1982, j’ai commencé à ressentir quelques gênes auditives, notamment en réunion, dans les lieux publics... Je décide donc de consulter un médecin ORL, qui me prescrit le port d’un appareil auditif. Malgré cela, je rencontre de plusen plus de difficultés à entendre en réunion, en groupe, à la maison...

Je revois le médecin tous les 5 à 6 ans. Progressivement il modifie mon appareil, si bien qu’en 1997, il note dans son compte rendu de consultation : « Surdité profonde bilatérale ».

Mon handicap est tel qu’en 1998 je fais une demande de reconnaissance en maladie professionnelle, ce qui m’est accordé. Depuis cette date, je porte en permanence deux prothèses auditives.

JK

Diaporama

N° d'appel d'urgence

Envoyez
114 par sms

Plus d'infos

Actualités de l'association

Contactez-nous


Retour à l'accueil

© Association Oreille et vie 2018 - Tous droits réservés. Réalisation Mediapilote. Mentions légales